889
Organisme
Organisme

Plateforme de revendication

 

Il est admis qu’une bonne qualité de l’air dans les écoles est
nécessaire pour maintenir la santé de tous ses occupants et afin
d’assurer de bonnes conditions d’apprentissage pour les élèves et une
bonne prestation de services par le personnel. Pourtant, les problèmes
résultant d’une mauvaise qualité de l’air dans les écoles de la CSDM se
multiplient depuis les deux dernières années.

 

La nature de ces problèmes et l’impact qu’ils peuvent avoir pour les
élèves, les membres du personnel et toute la communauté du quartier
varient d’un établissement à l’autre. Chez certaines personnes, des
problèmes de santé modérés sont constatés alors que, pour d’autres, leur
état de santé peut être sévèrement altéré. Certains individus ont dû
être retirés de l’école et, dans certains cas, tous les occupants ont dû
être déplacés pour des périodes plus ou moins longues.

 

Les relocalisations d’écoles ont secoué les communautés et
déstabilisé les élèves et le personnel. L’incertitude face à l’avenir de
leurs écoles s’ajoute aux doutes quant à la santé de tous. Les membres
du personnel doivent assumer la stabilité du parcours éducatif tant bien
que mal au dépend de leur santé et les élèves sont parfois victimes de
la situation. Alors que les experts se renvoient la balle, la CSDM est
dépourvue devant l’ampleur de la tâche. Les élèves, les parents et le
personnel de toutes les écoles sont en droit de réclamer un
environnement sain, exempt de toute menace à leur santé et à leur
sécurité afin de favoriser des conditions d’apprentissage,
d’enseignement et de travail optimales pour leur permettre de poursuivre
la triple mission de l’école québécoise d’instruire, de socialiser et
de qualifier.

 

Les parents, et maintenant l’ensemble de la communauté montréalaise,
exigent que la santé et la sécurité des enfants deviennent une priorité.
Pour ce faire, il faut que les infrastructures scolaires soient
consolidées et modernisées, que les conditions essentielles à la
réussite scolaire soient garanties, en l’occurrence un environnement
salubre. Il est urgent que la CSDM bénéficie de tous les moyens
nécessaires pour appliquer un programme complet d’entretien préventif de
ses bâtiments et des équipements qui s’y trouvent. Il a été établi par
le Vérificateur général du Québec que les sommes distribuées dans le
réseau de l’éducation pour réduire le déficit d’entretien sont
inférieures aux normes de financement généralement admises et moindres
que les montants initialement prévus. Dans ce contexte, la CSDM tarde à
mettre en oeuvre certains travaux d’entretien et les délais prescrits ne
peuvent être respectés.